CIVISME ET POLITIQUE

Le salut vient des juifs

 

 
Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

 à la lumière de Jésus 

et de son évangile



11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter

23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.



Le salut vient des juifs

10100-Les juifs 

10200-La souffrance des juifs.

10300-Le glorieux avenir des juifs.

10400-Le salut mondial vient d'un seul juif::Jésus

10500: je suis un juif d'adoption

10600-Sion est ma mère.

10700-C'est la Jérusalem d'en-Haut qui est notre mère.

10800-La Jérusalem nouvelle éternelle arrive bientôt.

10900-Conclusion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais .... 

. . . C'EST LA JÉRUSALEM D'EN HAUT QUI EST MA MÈRE.

" Pousse des cris de joie, Sion la belle ! Réjouis-toi, exulte de tout ton coeur, Jérusalem la belle !

Le roi d'Israël, le Seigneur, est au milieu de toi. Il est un héros sauveur.

Il fera de toi sa plus grande joie. Dans son amour il te renouvelle.

Il danse et crie de joie à cause de toi".

( Sophonie 3. 14- 20 )

"Jeunes et vieux se réjouiront ensemble, les jeunes filles danseront de joie. La,la, la la la...

Et je changerai leur deuil en allégresse. Et je les consolerai. Je leur donnerai la joie au lieu du chagrin "

( Chant d'Israël d'après Jérémie 31.13 )

Ni antisémitisme ni philosémitisme.

Après l'effort qui vient d'être fait pour faire voir l'antisémitisme chrétien dans cette théologie de la substitution qui continue d'infecter les doctrines et les piétés des " Églises", faisons maintenant l'effort inverse: Dépister et blâmer le " philosémitisme " c'est à dire l'inverse de l'antisémitisme, l'amour très humain et passionnel pour l'Israël actuel, pour les juifs d'aujourd'hui, pour leur État et pour leur politique. Ce philosémitisme va souvent de pair avec l'idéologie sioniste: on éprouve sentimentalement une admiration sans borne pour les Juifs , qu'on pare de toutes les vertus; on trouve normal qu'ils veuillent avoir un État et une armée comme toutes les nations; on est prêt à excuser toutes les " bavures" et tous les assassinats par lesquels les Israéliens appliquent la loi du talion; et on rêve même de devenir citoyen de l'État hébreu !

J'avoue que, au lendemain de la Choah et devant ce qu'on appelait les " miracles " du jeune état juif, j'ai moi aussi cédé un peu trop facilement à cette déviation !

Et maintenant, grâce au juif Saul de Tarse ( l'apôtre Paul ) je sais mieux en quel sens je peux dire que " Sion est ma mère ".

Ne confondons pas la Jérusalem d'en bas

( ou l'Israël actuel ) avec la Jérusalem d'en Haut", la Cité céleste de l'avenir qui vient , sans tarder, s'installer sur cette terre par le Dévoilement du Messie Jésus. L'une est faite de mains d'homme, l'autre est faite de la main de Dieu. L'une est esclave, l'autre est libre. L'une, celle des hommes rend esclaves ses enfants, l'autre, celle " dont Dieu est l'architecte et le bâtisseur " affranchit ses enfants : C'est celle-ci qui est notre Mère.

Voici, en effet, ce que Paul écrivait aux Galates:

" Dites-moi, vous qui voulez vous remettre sous le jour de la loi ( = les ordonnances rituelles et les préceptes de Moïse ), comprenez-vous cette Loi ? Il est écrit qu'Abraham eut deux fils: l'un ( Isaac, enfant de la Promesse ) est né de Sara, la femme libre; l'autre ( Ismaël, le père de tous les arabes ) est né de la femme esclave, l'Égyptienne Agar.

Donc ( allégoriquement, ) Agar correspond à la Jérusalem actuelle, esclave avec ses enfants. Mais la Jérusalem céleste, elle, est libre: C'est elle qui est notre mère. Nous ne sommes pas les fils de l'esclave mais bien ceux de la femme libre. Donc..."

( lettre aux galates 4. 21 - 31 )

"Cette Jérusalem d'en-Haut est-elle, dans l'esprit de Paul, l'Église actuelle du Christ ou la Cité messianique définitive du Royaume à venir ? En d'autres termes, Paul oppose-t-il ici deux institutions historiques: le judaïsme ( désigné par sa capitale, Jérusalem ) et l'Église du Christ ( considérée comme cité sainte, unique, mère des croyants) ou bien oppose-t-il à l'institution judaïque la réalité eschatologique du Royaume à venir ? Ou encore: les croyants sont-ils des fils de l'Église ou des fils du Royaume inauguré par Jésus-Christ ?....

En fait, cette idée d'une Église céleste est étrangère à la pensée paulinienne et Philipiens 3. 20 ne peut être invoqué dans ce sens... Certes, l'Église militante ( sur terre ) annonce ( et non seulement par des mots , mais par sa vie ) la Jérusalem céleste. Cependant le peuple de la grâce, comme enfant de la promesse, n'appartient pas à l'Église mais au Royaume à venir. Car c'est ce Royaume, et non l'Église, que figure la " terre promise " à Abraham.

Paul affirme que les croyants, " membres " de l'Église, sont " fils " du Royaume qui, seul est leur " mère ".

( Pierre Bonnard " l'Épître de St Paul aux galates" commentaire du N. T., éd.: Delachaux et Niestlé 1953 , page 98 )

Fils du Royaume.

Le lecteur versé dans les Écritures pourrait utilement compléter la lettre aux Galates par la lettre aux Romains, écrite peu après par le même apôtre Paul.. Ce sont les chapitres 9, 10 et 11 de cette épître aux Romains qui, en une prophétie d'importance capitale, nous dévoilent le secret de l'avenir des juifs et la solution divine et définitive du " problème de Jérusalem " de plus en plus d'actualité aujourd'hui ).

En bref, cette solution de Dieu en Jésus son Fils sera :

1: Dieu fera miséricorde et mettra fin au temps actuel de la détresse et de l'endurcissement d'Israël.

2: Tout Israël sera sauvé et ses branches actuellement mortes seront ré-intégrées dans la Vie ( re-gréffées ).

3 : Les non-juifs, les " non-élus " ( notamment les fils d'Ismaël, les Arabes ) seront eux aussi atteints par cette miséricorde de Dieu.

Alléluia !

Mais, après une page d'actualité tragique, nous ferons brièvement appel à l'Apocalypse ( le Livre de la " Révélation", du " Dévoilement". et non de la Catastrophe universelle ou de l'Anéantissement du monde ! )

1967 - 2007

Il y a quarante ans, à Jérusalem, que se passait-il?  Au printemps 1967 la guerre Israëlo-arabe se terminait par la victoire militaire d'Israël avec la récupération, par l'État juif de la totalité de Jérusalem.

Citons l'écrivain Jean Lartéguy:

 

" Le drapeau de David flotte sur la mosquée d'Omar... Des soldats jordaniens tirent encore quand le grand rabbin Goren essoufflé, barbu, pleurant de joie, se précipite vers le mur et l'embrasse. Puis il joue du Chofar, la corne de bélier, et entonne la prière reprise par les parachutistes, dont peu sont pratiquants mais qui se souviennent de l'avoir apprise:

" Béni sois-tu, Éternel, qui nous as fait vivre pour nous faire connaître un tel instant !"

Le 28 juin le Parlement Israélien, la Kneset, proclame la réunification de Jérusalem, réunification " irrévocable, irréversible, éternelle".

" Ce soir-là", écrit Jean Lartéguy, " un spécialiste désabusé du Moyen Orient me dit: ... " Les Israéliens ne savent pas ce qu'ils font. A se demander s'ils ont bien lu la Bible ! Rappelle-toi Ezéchiel ( 16.15 ss. ):

" Jérusalem, tu as fait de ta beauté une abomination; tu as offert ton corps à tous les passants ! Je vais rassembler tous tes amants, ils te dépouilleront, ils te laisseront nue, ils te perceront de leurs glaives.. dit le Seigneur."

Non ! Jérusalem n'est à personne, ni aux juifs ni aux chrétiens, ni aux musulmans... sauf aux dieux auxquels, au cours des siècles, elle n'a cessé de se prostituer. Or, on n'épouse pas une prostituée, on ne lie pas son éternellement son destin au sien ! Car ce mot: " éternellement " je l'ai bien entendu à la Kneset et il m'a effrayé ".

L'année suivante, le 2 mai, au cours d'une grande parade, Tsahal, l'armée israélienne célébrait ses " Noces avec Jérusalem " et ses soldats faisaient le serment de mourir jusqu'au dernier plutôt que de perdre leur " Épouse"... Ce soir-là, comme la mariée était belle, et dangereuse !... " Oui, c'est une ville dangereuse que Jérusalem" me dit un ambassadeur à coté de moi sur l'estrade des officiels. Et il ajouta:... Je redoute que ces noces de notre armée ne soient des noces de sang ! Car nous ( les juifs ) nous ne sommes pas les seuls à avoir aimé et à aimer encore Jérusalem !

Jean Lartéguy " Mourir pour Jérusalem" ( ed . de Fallois page 397-400 )


" Noces de Sang ! ", Oui, assurément, c'est la réalité, c'est l'Histoire, depuis 40 ans et même depuis 60 ans.  le sang des uns et des autres n'a cessé de couler, ( le sang des autres ! ) tous pourtant adeptes des trois " monothéismes" ( comme on dit communément! ) se faisant la guerre entre eux. Non! Ce qui s'est passé à Jérusalem en 1967 n'était pas le " commencement de la Rédemption " car le premier acte de la rédemption a eu lieu en l'an 30, hors des murs de Jérusalem, sur le poteau d'exécution d'un certain Yechoua, de Nazareth. Noces de sang ! Oui car c'est l'accouplement anti-christique de la prostitution spirituelle de la " Jérusalem d'en bas" avec ses amants divinisés que sont les dieux des cités humaines: la Patrie, la Nation, l'État, le Pouvoir, la Finance, le Marché, et la Force armée.

Que le chofar de Goren l'aumônier militaire sonne le glas pour annoncer la fin des " noces de sang " , et l'arrivée des " Noces de l'Agneau " , l'Agneau de Dieu, Jésus !!!

7 juin 1967 

 

 

Le rabbin Goren portant la Thora, sonne le Chofar devant le mur, tandis que les soldats écoutent dans une attitude de saint recueillement. Il y a plus qu'une victoire de guerre! ?

( document extrait d'un journal chrétien de 1967 ) 

 

 

suite

 

Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  


 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions