:

L'arrestation  peut survenir à tout instant

 

Le devoir de désobéissance.

Mazamet 2010

 

 Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

à la lumière de Jésus

et de son évangile.




11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter

23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.


15-devoir de désobeissance



Le devoir de désobéissance.

La désobéissance par motif de conscience.
C'est une démarche réfléchie, voulue et assumée en dépit des conséquences douloureuses qu'elle peut entrainer. C'est une prise de position à la lumière de la conscience morale, cette conscience dont Rabelais disait: " Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.". De même que, selon l'apôtre Paul, le chrétien doit obéir au magistrat " par motif de conscience", de même il y a, contre l'injustice, de belles désobéissances pratiquées par motif de conscience.
L'exemple souvent cité est celui d'Antigone ( Tragédie de Sophocle 442 avant J.C. et drame de Arnouilh 1944 ). Nous sommes à  Thèbes , en Grèce. Là, après l'exil d'Oedipe, c'est Créon qui règne en tyran. La soeur d'Oeudipe, Antigone, ensevelit pieusement le corps de son frère tué devant la ville. Or Créon avait formellemnt ionterdit cela. Mais Antigone, héroïque, tient tête et désobéit au tyran qui la condamne à mort. Par motif de conscience, elle préfère obéir aux lois non-écrites du devoir moral que de se soumettre à l'injuste decret royal.
Un autre exemple de désobéissance non-violente, plus actuel celui-là, nous a été donné par une autre femme, Rosa Parks. En 1955, aux U.S.A.. La ségrégation raciale séparait strictement Noirs et Blancs dans les écoles, les magasins, les restaurants. et c... Dans les bus, les places assises étaient  à l'avant réservées aux Blancs. Les Noirs étaient obligés d'aller à l'arrière du véhicule. Rosa Parks, elle, s'assied calmement à l'avant et refuse catégoriquement sa place à un homme blanc: C'est l'acte fondateur de la résistance non-violente et du grand mouvement de désobéissance civique dont Martin Luther King a été le principal leader. A force d'encaisser les coups au ,lieu de les infliger aux autres, au bout de 382 jours de boycott des bus, par les Noirs et leurs amis, le mouvement obtint la fin de la ségrégation dans les transports en commun.
Actuellement, à Jérusalem, voici ce qui se passe: une violente épreuve de force se déroule chaque jour entre les provocations de Juifs ultra-orthodoxes et les résistances  des Juifs " laïques". Les religieux fondamentalistes vétus de noir veulent imposer à la société israëlienne un judaïsme strictement " casher" ( Mot hébreu) : préparé rituellement, par exemple:  "viandes casher"= dont la consommation est autorisée ) Ils veulent notamment bloquer les entreprises qui travaillent le samedi, jour du Shabbat (= repos ) et imposer la ségrégation entre les autobus " casher" et les autres. Les premiers se multiplient, se multiplient donc les où les femmes doivent s'asseoir à l'arrière et les hommes à l'avant pour éviter toute promiscuité!  Quelques passagères " laïques" qui ont désobéi à cette charia juive  ont été rabrouées, insultées et, pour certaines, contrainte de descendre précipamment.
La belle désobéissance.
La désobéissance naïve et spontanée:
Elle n'est pas sainte quand il s'agit par exemple d'un enfant dont on dit; " Il n'écoute rien!" Certes, cela ne veut pas dire que ses oreilles n'entendent pas car il a l'ouïe fine. Cela veut dire qu'il n'obéit jamais à ses parents et que l'habitude de dire " non" finit par rendre ce " non" spontané. Pas naïve pour autant cette désobéissance! Elle disparaïtra avec l'âge.... à condition que les parents sachent ensemble réagir comme il faut.
La peur, elle aussi, fait désobéir: le livre biblique de Jonas raconte le recul instinctif du prophète lorsque Dieu lui ordonne d'aller à Ninive pour y proclamer que la grande ville sera détruite dans quarante jours. Jonas s'enfuit aussitôt dans la direction opposée! Mais on peut aussi désobéir à sa propre peur. C'est ce que fait ensuite le prophète lorsqu'il a mesuré ce que lui coùte sa désobéissance.
Actuellement, poutant, la peur du gendarme ne semble guère impressionner bon nombre de jeunes gens pour lesquels la transgression du Code de la route et des " sens interdits" est devenu chez eux une seconde nature... pas du tout naïve.
La désobéissance mimétique:
Chacun sait qu'un" mime" est " une personne qui a l'art d'imiter les manières et le language d'autrui". Le " mimétisme" est donc un processus d'imitation, un comportement de ressemblance à l'identique, plus ou moins volontaire ou machinal." Tous les hommes fument, donc moi aussi je fume, pour être un homme":
  mimétisme!
Le mimétisme est dangereux, par exemple lorsque la télé s'en sert pour faire boire du Coca-cola à toute la planète ou pour rendre le cerveau des téléspectateurs disponible pour une unanime adoration de telle star ou de tel chef politique.
Mais, au niveau collectif de tout un peuple, le mimétisme devient criminel quand il mobilise les esprits pour la guerre: de 1871 à 1914, tous les Français criaient: " Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine!" Mais entre 1918 et 1939 c'est le même cri qui sortait de la bouche de tous les Allemands.
En août 1914, il ne venait  à l'esprit de personne de désobéir à l'ordre de mobilisation générale. Les deux peuples ennemis étaient "formatés" pour fabriquer leurs " martyrs" !
Si la Bible nous parle sans cesse d'une obéissance ordonnée par Dieu, elle nous parle aussi, et beaucoup, de désobéissances agréables à Dieu.
En parlant maintenant du " devoir de désobéissance", nous parvenons au coeur de notre sujet.
Il y aura là de quoi nous surprendre et peut-être de quoi réorienter nos comportements pratiques.
Difficiles conversions pour chacun de nous, à la fois dans le domaine de la vie en église et dans celui du politique!
Il s'agit, en effet, moins de " devoirs" imposés, et à faire pour être en règle, que " d'amour" à puiser dans la communion de Jésus, le Sauveur vivant.
Et si le dernier chapitre de ce texte nous présentera Jésus comme modèle et exemple à suivre, ce ne sera pas pour nous mettre sous un  joug pénible  mais pour nous donner une liberté nouvelle.
Les deux domaines de notre vie où cette liberté nous est particulièrement nécessaire sont donc le " politique" et le " religieux". Commençons donc par les explorer un peu, sous le titre: " Le non-conformisme, bon ou mauvais".
Le non-conformisme.
Le conformisme est l'attitude passive d'une personne qui se conforme aux idées et aux usages de son milieu. Il consiste à s'aligner, se plier et se modeler aux traditions du groupe social dont il fait partie. Il produit ainsi toutes sortes de conservatismes, de traditionalismes et de sclérose spirituelles.. L'automobiliste qui ne regarde que son rétrosiseur ne risque pas d'aller de l'avant! La mode actuelle des commémorations ne serait-elle pas révélatrice de cet immobilisme et des crispations identitaires?
Le non-conformisme est l'attitude inverse. Il regarde vers l'avenir et ne se laisse pas paralyser par le désaccord qu'il rencontre inévitablement. Jésus disait: " Celui qui met sa main sur la charrue et regarde en arrière n'est pas apte au Royaume de Dieu!" Mais, bien sûr, parmis tous les non-conformismes, il y en a de bons et il y en a de mauvais, et, parmi ceux-çi, pas mal de farfelus. Se faire coiffer avec, sur le crane rasé, une sorte de crête de couleur verte n'est pas d'un sérieux de grande valeur prophétique!
Ecoutons plutôt l'apôtre Paul:

" Frères, au nom de la miséricorde de Dieu, je vous exhorte donc à lui faire l'offrande de votre propre personne. Ce sacrifice vivant et saint lui fera plaisir, et il exprimera votre véritable culte, selon l'Esprit.
Ne vous conformez pas à l'ordre de choses de l'ère actuelle, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence. Vous discernerez alors ce que Dieu veut, c'est à dire ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui n'est plus immature."
( Lettre aux Romains 12. 1 et 2 )

Voilà le bon non-conformisme, celui que l'Evangile propose et que Jésus lui-même a pratiqué et même incarné.

Mais pour éviter tout malentendu, notons bien ceci: pour Paul, ce n'est pas par rapport à l'époque que nous vivons qu'il s'agit d'éviter la conformité! Ce n'est pas   le monde de nos grands parents que nous devons retrouver  en ne nous  conformant pas au monde actuel, contemporain!" L'ère actuelle" dont parle  l'apôtre est ce " présent siècle" qui a commencé par l'intrusion du péché et qui finira par l'arrivée " d'en haut " du nouvel ordre de choses. Pour l'anticiper, le devoir de désobéissance est de rigueur

 Suite :15006-desobeis-par-la-foi.html

 

Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  


 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions