:

 

JESUS NOTRE SEUL AVENIR

Mazamet 2011

 

 Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

à la lumière de Jésus

et de son évangile.



11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter

23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.





 

L'EVANGILE DES APOTRES,
SEUL AUTHENTIQUE.


DEUX EVANGILES
On est obligé de distinguer l'Evangile proclamé par Jésus lui-même et l'Evangile proclamé par ses apôtres; la Bonne Nouvelle dite par Jésus ( jusqu'à sa mort )  et la Bonne Nouvelle dite au-sujet de Jésus ( après sa résurrection ).
" Deux" Evangiles, à ne pas confondre. Le premier, essentiellement, dit ceci: " Le Royaume de Dieu est proche ! Revenez donc à Dieu et croyez à son Evangile". Il a été développé par les enseignements, en paraboles ou non ( sermon sur la montagne, béatitudes et c.. ), et authentifié  par les guérisons nombreuses.
Le second se résume ainsi: " Que toute la maison d'Israël le sache: Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié mais qu'il est ressuscité...." ( Actes 2 ) et: " il n'y a pas de salut en aucun autre. Car il n'y a aucun autre Nom offert aux hommes par lequel ils peuvent être sauvés " ( Actes 4, 12 ).
Jésus seul ! Et un seul Evangile apostolique.  Car l'Evangile prêché par Jésus, donne à cette Bonne Nouvelle sa plénitude, son contenu intégral en fonction des événements qui ont suivi sa Passion: Résurrection et glorification du crucifié, ascension et premier avènement et promesse de l'ultime avènement lors du grand Jour de Dieu.

UNITE DU MESSAGE.
A la  lecture des Actes et des Epîtres apostoliques on voit bien que les porteurs du Message proclament  le même message. Le même, d'ailleurs, que celui qui avait retenti, la nuit de Noël, aux oreilles des bergers de Bethléem: " Je vous annonce une bonne nouvelle qui sera une grande joie pour tout le peuple: aujourd'hui est né pour vous un enfant qui est le Christ, le Seigneur..." ( Luc 2, 10à12 )
Bien sûr, l'Evangile donnait  lieu à des présentations différentes selon qu'il s'adressait à des Juifs dans leur synagogue ou à un public non-juif sur les places publiques. Par exemple l'apôtre Paul: quand il parle dans la synagogue d'Antioche de Pisidie ( actuelle Turquie), dit ceci: " Nous vous annonçons cette  bonne nouvelle: la promesse faite à vos pères, Dieu l'a pleinement accomplie  à l'égard de nous, leurs enfants, quand il a ressuscité Jésus...". ( Actes 13,33) Par contre, à Athènes, lorsqu'il dit l'Evangile aux membres de l'Aréopage, il commence en prêchant le Dieu créateur et sa bonté pour tous les hommes, puis il poursuit en prêchant le Dieu sauveur, Jésus et la résurrection ( Actes 17 )
De son coté l'apôtre Pierre fait la même chose, ainsi que Jean, Philippe, et c... Diversité des situations mais unité du Message.

MENACES SUR L'UNITE.

Au premier siècle , il faut le savoir, régnait dans ces jeunes assemblées un climat de liberté théologique qui nous étonne. C'est le Saint Esprit, et la liberté de pensée qu'il crée, qui faisait de ces églises, à Corinthe ou en Galatie par exemple, des modèles d'une ecclésiologie normale à retrouver aujourd'hui. L'assemblée de Jean, à Ephèse, n'évoluait exactement comme celle de Jacques, à Jérusalem. Selon les lieux, la majorité des chrétiens était juive ou non-juive.
Cette liberté était évidemment source de bien des problèmes. Parfois même c'est l'authenticité de l'Evangile prêché qui  était mise en cause et menacée. C'était le cas des assemblées de Galatie ( autour de l'actuelle ville d'Ankara ). Des prédicateur de passage viennent y enseigner, en toute bonne foi, des idées contraires au Message fondamental et à l'essentiel même de l'Evangile: le salut par la foi seule, indépendamment de la pratique des oeuvres prescrites par la Loi de Moïse.
Vers l'an 50 Paul écrit donc sa lettre aux galates, que nous trouvons dans le Nouveau Testament: " Je suis stupéfait" écrit-il, " de voir avec quelle rapidité vous passez à un autre Evangile. Non pas qu'il y en ait un autre! Il y a seulement des gens qui jettent le trouble parmi vous et qui veulent renverser l'Evangile du Christ. Mais, si quelqu'un, même nous ou un ange du ciel, vous annonçait un Evangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème ! ( Notes de la T.O.B. " ce mot, anathème, désignait (en Israël) le chatiment qui retranchait un homme du peuple de Dieu.)
On peut s'étonner de ce ton tranchant et de cette intransigeance de Paul. Mais ce qui est en cause en cette affaire, ce n'est nullement de supprimer une légitime diversité d'opinions théologiques ou d'abolir la nécessaire  liberté d'expression. C'est bien plus grave que cela! L'église des Galates deviendrait vite une secte si, persuadée que tout nouveau converti doit être soumis à la circoncision selon la loi de Moïse, elle établissait cette règle obligatoire. En allant à l'encontre de la gratuité du salut par la foi seule en Jésus uniquement, l'église ne serait plus édifiée sur l'Evangile apostolique authentique mais sur un Evangile " autre", " différent", dénaturé.
C'est le combat pour la Vérité de l'Evangile que mêne solennellement Paul. Et ce qui explique son intransigeance et ce radicalisme qui font tellement défaut aujourd'hui.
Mais Paul était-il d'accord avec les autres apôtres?

VICTOIRE DE L'UNITE.

Paul, en écrivant aux Galates, savait que les autres apôtres étaient d'accord quand à l'authenticité de l'Evangile qu'il annonçait. Avec son collaborateur Barnabas, il, avait rencontré Pierre, Jean et Jacques à Jérusalem, un ou deux ans auparavant, pour  vérifier et consolider cette unité.  C'était, en l'année 48 ou 49, cette importante réunion ou conférence de Jérusalem que Luc raconte dans son livre des Actes, au chapitre 15. A l'issue de cette rencontre, tous ces hommes se sont "donné la main de communion" et ont écrit une lettre " inspirée par le Saint Esprit" à " tous les fidèles en Jésus-Christ", pour affirmer solennellement  que tous les apôtres préchaient le même Evangile, le seul authentique:

-Un seul Evangile: Jésus crucifié, ressuscité et qui vient

- Seul cet Evangile-là sauve tout homme, juif ou non-juif, par la foi seule.

- Jésus seul Seigneur, le Maître dont l'autorité ne doit pas être "complétée" par l'autorité de l'Eglise. C'est l'Eglise qui doit sans cesse se soumettre à la souveraineté de son Chef, et de ses apôtres fondateurs, qui n'ont pas de successeurs.

ET L'UNITE DE L'EGLISE?
Nous venons de parler de l'unité entre les apôtres, ceux que Jésus avait choisis au début de son ministère et qui avaient été témoins oculaires du Ressuscité, y compris Paul.
Parlons maintenant de l'unité ecclésiale, c'est à dire de l'unité dans l'Eglise, par exemple dans l'Eglise de Jérusalem. Ce que Luc écrit en Actes 15,22 est significatif: " D'accord avec toute l'Eglise, les apôtres et les anciens décidèrent alors d'envoyer Paul et Barnabas à Antioche ( de Syrie)" Ce " d'accord avec toute l'Eglise" est significatif: il prouve à la fois l'unité des membres de l'assemblée entre eux et l'unité de l'assemblée avec les pasteurs ( =anciens) et les apôtres ( = les évangélisateurs ou missionnaires).
Il y a donc un rapport étroit, un lien essentiel entre un bon rapport des responsables entre eux et le bon rapport des membres de l'Eglise entre eux. Si les fidèles se querellent et se divisent, ils vont du même coup diviser leurs guides spirituels. Ce fut le cas dans l'assemblée de Corinthe où " l'un disait " moi j'appartiens à Appolos", l'autre " moi j'appartiens à Paul", le troisième " moi j'appartiens à Céphas ( l'apôtre pierre)" et c.. Malgré eux, ces prédicateurs étaient mis en concurrence, en compétition, en conflit! Lisez la vive réaction de Paul ( 1 Corinthiens 1,10 à 3, 22).

Mais réciproquement, les responsables de l'Eglise deviennent des diviseurs de l'Eglise lorsqu'ils sont en désaccord entre eux, soit par le contenu de l'unique Evangile soit par une conduite hypocrite et lâche. Eh oui! Il en a été ainsi de l'apôtre Pierre lui même lors de ce qu'on appelle " l'incident d'Antioche". L'apôtre Paul en fait le compte-rendu dans sa lettre aux Galates ( 2,11 à 21 ). Je  conseille au lecteur de méditer ce long passage, sans oublier de l'actualiser au niveau de sa propre paroisse, sans oublier non plus sa propre responsabilité dans l'Eglise d'aujourd'hui et dans son état de désunion. Tous, nous démembrons l'unique Corps de Christ.
Souvent , par faiblesse, nous nous laissons conduire par l'Eglise et son péché collectif ( suffisance protestante! suffisance catholique!) au lieu de conduire l'Eglise selon l'Evangile.
Souvent c'est par gloriole personnelle que nous péchons, redoutant le prix à payer pour porter notre croix derrière la croix du Christ:

" Dieu nous a exposés, nous les apôtres, à la dernière place, comme des condamnés à mort donnés en spectacle... fous à cause du Christ et méprisés... maltraités... fatigués à travailler de nos propres mains... persécutés... calomniés.... ordures du monde, déchets de l'univers... "
( 1 Corinthiens 4, 6 à 14 )

Donner sa vie pour l'unité!



Témoins et témoignages

" Premier jour de la semaine: Pierre et l'autre disciple couraient au tombeau où Jésus mort avait été déposé: Stupeur! La tombe est vide!" ( ev .Jean 20)


 

Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  


 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions