:

 

92 ans d'évolution personnelle

DIEU-LA RELIGION- L'EGLISE


L'EGLISE


 

 Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

à la lumière de Jésus 

et de son évangile.



11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter

23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.
















CONCLUSION


Le "sacré" fascine, et laisse perplexe....

Une gaminerie perspicace.

J'avais dix  ou onze ans. J'étais pensionaire au collège Jean Jaurès à Castres. J'avais un bon copain, un basque nommé Sautier.
Un jour il y a un décès parmi les professeurs et tous les élèves de notre classe  se sont retrouvés dans la chapelle du collège, pour la messe. Sautier et moi étions   assis l'un à coté de l'autre... Il faut savoir, pour comprendre ce qui s'est passé, qu'aucun de nous deux n'avait encore assisté à une cérémonie catholique. D'où notre surprise et un véritable choc psychologique....
ce qui s'est produit en nous dès le début de l'office fut un vrai scandale, une profanation de tout ce "sacré" qui s'offrait à nos yeux, comme un spectacle. Heureusement que l'assemblée ne s'en rendit pas compte!
Devinez... ce fut un sacrilège? .... le fou-rire! Un incoercible fou-rire  dont seuls sont capables les gamins de cet âge. Sautier et moi étions "pliés en deux", et une fois lancée, ce rire communicatif ne s'arrétait pas..... en présence  du cercueil! Quelle honte! Quelle offense à la religion, et à Dieu lui-même!
Eh bien! Je confesse que ce banal épisode m'a marqué, et même qu'il me fait rire un  peu, 82 ans après.
Mais d'où provenait donc ce rire? En quoi cet office était-il risible? ne faut-il pas tout simplement conclure que ces deux gosses se conduisaient mal, en particulier ce jeune basque anticlérical élevé dans une famille athée?
Et bien non! Analysons  plutôt la situation en faisant abstraction de notre propre cheminement spirituel et de notre âge; et faisons nôtre la stupéfaction et la réaction de ces enfants soudain transportés dans une réalité qui leur apparaït  comme du théatre: des hommes vétus de robes, affublés d'étranges habits, comme venus d'un autre monde, les mains continuellement jointes, avec des postures et un air bizarres, agitant souvent un récipient d'où sortait la fumée d'un parfun inconnu, des paroles en Latin, et c.... C'est " le comique de situation" et le rire qu'il provoque par ce "dépaysement" me paraît sain et perspicace: il dénonce l'effroyable fossé que les chrétiens ont creusé entre ce qu'ils nomment "l'Eglise" et le monde réel, le monde des gens ordinaires, normaux, le monde de la société civile.....
Ce qui se passe dans nos Eglise est bien loin de ces repas joyeux et fraternels que Jésus prenait avec ses amis, au 1° siècle, dans des maisons de Jérusalem, d'Ephèse ou de Rome...!

Retrouvailles "en église".
Comment  aurait-on pu prévoir l'évolution de ce jeune collégien de Castres au cours des nombreuses décénnies qui ont suivi? Ce fut une magnifique évolution, faite de multiples découvertes et expériences spirituelles. Mais, dans le cadre de cette conclusion, je ne peux l'évoquer qu'à gros traits. Ce sera en utilisant beaucoup l'expression "en église" et le mot "retrouvailles".
Quand de vieux amis longtemps séparés se retrouvent, ces "retrouvailles" sont un grand bonheur, une vraie fête.Pour des raisons diverses, ces amis s'étaient perdus de vue et, inévitablement, un écart grandissant séparait leurs évolutions respectives. Aussi quelle joie lorsqu'ils se retrouvent! Une nouvelle histoire commune peut commencer.
Quand protestants et catholiques séparés depuis des siècles et ayant évolué séparément se retrouvent soudain ensemble, je parlerai aussi de "retrouvailles", inaugurant des relations nouvelles. Cette découverte m'a été donné quand, en 1972, je suis arrivé au Refuge protestant, une des maisons de retraite de Mazamet. Là, chaque jeudi, il y a un culte protestant où se retrouvent, côte à côte, des protestants et des catholiques. Ceux-ci y sont d'ailleurs la majorité. Aucun de nous n'est obligé d'assister à ce culte mais j'observe que cette réunion est beaucoup plus importante qu'il n'y paraît. En fait , nous sommes là "en église", c'est à dire en assemblée de croyants venus prier Jésus et écouter sa parole. Et non seulement "en église" mais aussi "en église-une", non dénominationnelle puisque la dénomination "protestante" convient de moins en moins à ce genre d'assemblée ( où ne viennent pas les protestants " sociologiques" c'est à dire " d'origine, "de naissance".)

Ceux et celles qui, chaque jeudi, fréquentent ce culte vivent ensemble une belle découverte, celle de l'unité des fidèles du Christ. Ils disent: " Mais nous avons le même Dieu! Nous adorons le même seigneur! Nous entendons le même Evangile!...  Et  ils ont le sentiment de "se retrouver", après avoir été injustement séparés, depuis leur naissance, par des barrières anormales. Comme ils ont raison! Et combien je suis heureux d'être en communion fraternelle avec eux!
&
C'est, au bout de ma longue évolution spirituelle, l'aboutissement de deux grâces reçues de Dieu: d'une part la joie de pratiquer l'unité du Corps de Christ, d'autre part la joie d'enseigner l'Evangile en unité avec mes frères catholiques et pentecôtistes.
Veuillez m'excuser d'énumérer seulement quelques temps forts de cette collaboration fraternelle:
- " Radio-Timothée" ( messages bibliques par audio cassettes pour pays francophones) par Yves et Lyliane Caillaux, enseignants catholiques. Avec eux et une douzaine de couples de diverses dénominations: pratique d'une "fraternité" avec  week end de rencontres trimestrielles.
- Enseignements bibliques soit à l'occasion des "Conventions charismatiques" (Gagnières, La Porte Ouverte, Viviers...) soit à la demande de responsables du renouveau ( Angers, le Puy en Velay, communauté de Pomeyrol...)
- Pratique en unité du repas du Seigneur: pendant plusieurs années, à Mazamet et environs, sans autorisation préalable des Eglises, une vingtaine de chrétiens se sont retrouvés pour partager la Cène selon le modèle des apôtre. Sans, pour autant, rompre avec les eglises: ( Voir 1 Corinthiens chapitres 10 à 14)
&
Pendant une vingtaine d'années, mon épouse Colette a accompli un magnifique ministère d'enseignement biblique. Ce n'est pas le moindre de mes sujets de gratitude envers Dieu!

" Je veux te louer, toi qui m'as aimé.
Comment m'exprimer pour te remercier,
Tu as rempli ma vie de joie et d'harmonie.
Oh! merci!

Reconnaissance pour le passé et
 ferme espérance pour l'avenir:

 " Oui, je viens sans m'attarder"
 promet Jésus,
 (Apocalypse 22.20 )

" Oh! oui, viens, Seigneur Jésus!"




Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  


 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions