:





 

PUISQUE NOTRE MONDE TOUCHE A SA FIN...
...QUELLE CONDUITE ADOPTER?




QUE FAIRE DONC ?

 

 Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

à la lumière de Jésus 

et de son évangile.



11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter

23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.










Les lettres des apôtres répondent.

toutes à la question: que faire pour bien attendre la Parousie?

En fait, toutes les pages du Nouveau Testament sont écrites avec ce but: exhorter les chrétiens à vivre dans la perspective de l'Arrivée glorieuse du Seigneur Jésus et à pratiquer, dans tous les domaines de la vie, l'obéissance à la volonté de Jésus.
C'est cela , aimer Jésus.
Or, ce Maître, nous ne le voyons pas, ou plutôt nous ne le voyons pas encore.
 Notre vie de foi se déroule toujours dans cette tension,entre le "déjà-là" et le "pas-encore là", entre le salut déjà en cours, et constaté dans notre quotidien, et le salut final qu'on attend encore. C'est dans ce sens que l'apôtre Paul écrivait aux Corinthiens:
"Nos détresses d'un moment sont légères par rapport au poids extraordinaire de gloire éternelle qu'elles nous préparent. Notre objectif n'est pas ce qui se voit mais ce qui ne se voit pas; ce qui se voit est provisoire mais ce qui ne se voit pas est éternel....(2 Corinthiens 4. 17,18)
 "Nous cheminons par la foi et non par la vue." (2 Corinthiens 5.7).
Mais dans ces conditions, dans cette précarité inévitable, comment est-il possible d'aimer réellement ce jésus que nous n'avons jamais vu et qui reste depuis si longtemps invisible? N'est-ce pas une gageure, un défi impossible à relever? Et le saint-Esprit qui nous est promis le ferait-il à notre place? Certes pas! et son aide ne nous dispense pas d'écouter souvent ce que l'apôtre Pierre nous dit dans sa première lettre:
"Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ: dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une espèrance vivante par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts, pour un héritage qui ne peut se corrompre, ni souiller, ni flétrir. Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi pour le salut prêt à se révéler au moment de la fin...".
 (1 Pierre 1.3 à 6)  lors de la Parousie de Jésus-Christ...."

A dessein je n'interromps la louange de Pierre que pour souligner fortement l'optique vers laquelle est tendu tout ce qu'il dit: le Retour du Seigneur, sa Parousie; mais aussi pour mettre en valeur ce que la fin de sa phrase dit de l'amour pour Jésus:
".... Lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore. Aussi tressaillez-vous d'une joie ineffable et glorieuse, en remportant le salut de vos vies comme prix de votre foi."
1Pierre 1. 8 -9)
"Maintenant ces trois choses demeurent: la foi, l'espèrance et l'amour. Mais la plus grande est l'AMOUR".
(1 Corinthiens 13.13)

ROMAINS XIII:L'AMOUR NON-VIOLENT.

Nombreux sont les théologiens qui voient  une contradiction entre Romains 13 et Apocalypse 13. La lettre de Paul aux Romains, disent-ils, présente d'une façon positive les magistrats qui exercent le Pouvoir dans la cité:"
 Il n'y a d'autorité que par Dieu et celles qui existent sont établies par lui. L'autorité est au service de Dieu pour t'inciter au bien. Mais si tu fais le mal, crains, car ce n'est pas en vain qu'elle porte l'épée: elle est servante de Dieu pour exprimer contre le malfaiteur la colère de Dieu. C'est pourquoi il est nécessaire de se soumettre (aux autorités) non seulement par crainte de la colère mais encore par motif de conscience. "
(Romains 13. 1 à 5)
Cette théologie et cette morale ont la parfaite apparence d'une vérité très claire et incontestable et on peut comprendre que,
depuis les premiers siècles jusqu'à nos jours, elles aient mis à l'aise tous les chrétiens qui utilisaient la violence meurtrière
pour punir et pour tuer les ennemis de Dieu! Leur "épée" n'était-elle pas "servante de Dieu"? !
A l'opposé le chapitre 13 de l'Apocalypse, de façon symbolique certes, mais  très clairement, présente les Pouvoirs de ce monde de façon radicalement négative: ce sont les "bêtes" qui blasphèment Dieu et se servent de leur autorité pour faire violence aux disciples de Jésus. Pouvoir politique et militaire d'une part, pouvoir idéologique et religieux d'autre part, les deux bêtes sont les agents du Diable ( le Dragon du chapitre 12).
C'est ce que l'Apocalypse montre, à partir du chapitre 12 jusqu'au chapitre 19 et 20 ( jugement et anéantissement définitif des Pouvoirs et du Diable)
On ne peut donc pas nier qu'en apparence Romains 13 et Apocalypse 13 se contredisent totalement... et que, par conséquent,
 il faut choisir Paul contre Jean de Patmos! Eh bien non! Revenons à la lettre aux Romains et examinons de près quelle est la vraie théologie de l'apôtre et quelle est la vraie morale qui en découle; celle-ci n'est rien d'autre que la non-violence radicale de Jésus pratiquée en vue de la Parousie et du Règne de Dieu (Romains 13. 11 à 14).
En voici les preuves:
* A partir du chapitre 12.1, Paul développe l'idée que l'amour, y compris l'amour des ennemis (privés et publics) est présent à tous ceux qui sont devenus enfants de Dieu.
* Il faut aimer les frères et soeurs en Christ, bien sûr, et Paul énumère les multiples facettes de cette communion fraternelle
(tout le chapitre 12 et 14. 15).
* Puis l'apôtre parle du civisme et de la politique. Il lui importait, en introduction, de rappeler le Sermon sur la montagne
(12.17 à 21 ) et, comme il l'a fait en conclusion (13. 8 à 14), la loi d'Amour.
* Donc Paul rappelle aux chrétiens de Rome que leur façon d'aimer les magistrats est de respecter leur fonction .
Sans qu'ils le sachent (ils ne sont pas chrétiens!) Ils sont les instruments provisoires de Dieu qui veut conserver un peu ce monde, quelque temps encore. Mais vous, disciples de Jésus, vous n'avez pas à être détenteurs de cette épée justicière. D'ailleurs on ne vous l'offrira pas!...... si on vous voit aimer les ennemis à la façon de Jésus!

QUE FAIRE DONC?
Permettez-moi d'énumérer ici, en désordre, quelques "leçons de morale" glanées dans les lettres de Paul. A vrai dire ce ne sont pas de la "morale", à la façon de l'école laïque qui, à l'aide des fables de La Fontaine, inculque des règles de comportement valables pour tout le monde et en tout temps (exemple: "Rien ne sert de courir il faut partir à point.") Ici, les divers comportements conseillés sont toujours dans la perspective du Retour du Christ  et en référence avec l'Evangile, c'est à dire l'enseignement et l'exemple de Jésus lui-même.
Nous venons de le constater au sujet du civisme du chrétien mais il faut le constater au sujet de tous les domaines multiformes de la vie courante. Soit que paul réponde à des questions précises que ses correspondants lui posent soit qu'il prenne position d'avance pour agir dans des situations difficiles à Corinthe ou à Rome, les exhortations de l'apôtre ne sont pas un bloc homogène. Par exemple, il lui arrivait de répondre:" Voici ce que dit le Seigneur lui-même, moi je transmets simplement son commandement", ou bien de dire humblement:" Le Seigneur ne nous a rien dit à ce sujet, je me contente donc de vous dire mon avis personnel et de vous donner un simple conseil"
Mais voici quelques constantes, retrouvées dans toutes ses lettres:
---* La morale de la "liberté sous surveillance": "Tout m'est permis mais...." A Corinthe l'apôtre avait enseigné que le chrétien, par la foi en Jésus, a été affranchi non seulement des observances de la Loi de Moïse mais aussi des règles interdisant le contact avec ce qui est religieusement impur.Mais du coup, certains membres de l'église dénaturaient cette liberté en se permettant des comportements condamnables. D'une part, dans leur relation avec les autres, l'affirmation de leur droit se faisait au détriment des droits des autres et de la liberté de leurs frères. C'est pourquoi, dans sa lettre, Paul reprend deux fois ce dicton devenu courant à Corinthe (1 Corinthien 6. 12 et 10. 23-24): "Tout est permis") mais pour en préciser le sens et en rectifier l'usage. (Il faut relire
.1 Corinthiens 6.12 à 20 et 10 et 11)
" Que chacun, frères, demeure devant Dieu dans la condition (humaine) où il se trouvait quand il a été appelé ( à la foi)" (1Corinthiens 7.24)
"Que chacun vive selon la condition que le Seigneur lui a donnée en partage, et dans laquelle il se trouvait quand Dieu l'a appelé
(1 Corinthiens 7. 17)
"Etais-tu esclave quand tu as été appelé? Ne t'en inquiète pas! Au contraire, alors même que tu pourrais te libérer, mets plutôt à profit ta condition d'esclave"
(1 Corinthiens 7. 21-24)
---* Relativité morale (par rapport à la Parousie), donc distanciation, un certain recul pour que rien ne devienne un absolu, car
"la figure de ce monde passe" ( 1 Corinthiens 7. 29 etss.)
      * Faire "tout au nom du Seigneur Jésus" ( 1 Corinthiens 7. 48)

La 1° lettre de Jean
enseigne une morale, elle aussi.
Cette morale se résume en ces mots:"Demeurez en lui, en Christ" (1 Jean2.27)
Ce n'est donc pas une morale prescrite à tout le monde car le "monde" ne connaît ni le Père ni le Fils. Elle ne vaut que pour les disciples du Christ, pour ceux qui sont entrés dans la communion du Christ et ont reçu la promesse d'y rester, d'y "demeurer".
(1 Jean 2. 24)
D'autre part, elle est inséparable de la Parousie du Seigneur, ce Jour à venir qui sera le dénouement de l'Histoire universelle, son aboutissement et son accomplissement. Ce que Jean recommande à ses "petits enfants" (verset 28) ce n'est pas la fuite spirituelle hors de ce monde, matériel et "matérialiste", ce n'est pas l'évasion mystique vers une belle religiosité. Au contraire c'est, par anticipation, la pratique de la morale du Royaume de Dieu qui, déjà, s'est incarné dans la vie et l'enseignement du prophète galiléen:
"Demeurez en lui afin que, lorsqu'il paraîtra, nous ayons pleine assurance et ne soyons pas remplis de honte, loin de lui, à son avènement."
( 1 Jean 2. 28)
Et il y a plus! Cette épître dévoile ce qui, à la Parousie, va advenir dans le corps, dans la personne ressuscitée de quiconque aura vécu "en Christ":
" Mes bien-aimés, dés à présent nous sommes enfants de Dieu. Mais ce que nous serons n'a pas encore été rendu visible. Nous savons que, lorsqu'il paraîtra, nous lui serons semblables puisque nous le verrons tel qu'il est. Quiconque fonde sur lui une telle espèrance se rend pur, comme lui, Jésus, est pur."
( 1 Jean 3.2)
Vous rendez-vous compte du caractère extraordinaire de cette promesse! Nous lui serons semblables, semblables à Jésus. Notre prière sera exaucée, cette prière exprimée dans ce chant: "Te ressembler, Jésus, c'est mon espoir suprême, Penser, agir, aimer, toujours plus comme toi! ..!
A ce moment-là nous serons transformés à son "image". Comment cela? "Parce que nous le verrons tel qu'il est" nous dit l'apôtre. Non seulement moralement mais aussi corporellement, nous dit aussi l'apôtre Paul:
"Notre cité à nous est dans les cieux. C'est venant de là que nous attendons comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ.
Il transformera notre corps de misère pour le rendre semblable à son corps de gloire, grâce à la force qui le rend capable aussi de se soumettre toutes choses."

( Philippiens 3. 20-21 et Romains 8. 29)
Le corps aussi?   OUI.!

ENDURANCE.
" Vous avez besoin d'endurance" est une parole importante de l'écrit "aux Hébreux", cet écrit qui est plutôt une longue prédication qu'une lettre. L'auteur s'adresse à des chrétiens qui ont déjà connu des épreuves à cause de leur foi. Pourtant il les exhorte à persévérer dans l'endurance car de nouveaux combats spirituels les attendent avant l'arrivée du Jour de Dieu:
"Souvenez-vous de vos débuts: à peine aviez-vous reçu la lumière que vous avez enduré un lourd et douloureux combat, ici donnés en spectacle sous les injures et les persécutions, là, devenus solidaires de ceux qui subissaient de tels traitements. Et, en effet, vous avez pris part à la souffrance des prisonniers et vous avez accepté avec joie la spoliation de vos biens, vous sachant propriétaires d'une fortune meilleure et durable. Ne perdez pas votre assurance....
C'est d'endurance  que vous avez besoin..... Carencore si peu, si peu de temps et celui qui vient sera là....
( Hébreux 10. 32 à 37)
" ......Regardons à Jésus, lui qui, renonçant à la joie qui lui revenait, endura la croix au mépris de la honte puis a pris place à la droite du trône de Dieu. Pensez à ce qu'il a enduré de la part des pécheurs."
(Hébreux 12. 1-15)
Nous aussi, en attendant la gloire de la Parousie, veillons à notre endurance, au milieu des inévitables épreuves.

Multiples et variées les épreuves d'endurance:
*Oppositions, *persécutions, *Souffrances physiques et morales.
*Tentations.*Viellissement, infirmités, *Non-exaucement de nos prières,
* lassitude, *Décès de nos proches,
 *découragement à cause du péché de l'Eglise,* Triste persistance du péché personnel,
et c......
.Tenons ferme, ensemble.... Encore un peu de temps... et.........
IL VA ARRIVER.

SUITE : 2206-quefaire-4.

Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  


 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions