CIVISME ET POLITIQUE

La politique du Messie

"Il allait de lieu en lieu, faisant du bien à tous."

 
 Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

 à la lumière de Jésus 

et de son évangile.

1 ° Le civisme pratiqué par Jésus


11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter

23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.


La politique du Messie

3130 l'antéchrist.

3140 le Messie:qui est-Il? quel genre?

3150 Carriere politique de Jésus.

3160 Il règne,il faut qu'il règne.

 3200: le Messie méconnaissable.

3210 Titres glorieux du messie.

3220 Designationns d'humiliation et de mort.

3230 la victoire cachée de la croix.

3240 INRI.agneau de Dieu.

3250 De l'incognito à la vue.

3260 D'ici là, Il reste méconnu.

3270 Même défiguré par son église.

3275 Christ inclassable.

3280 Message politique.

3290Christ prescrit aux chrétiens de pratiquer sa morale.

3300 C'est la lutte finale.

3310 Le combat des derniers tezmps.

3320 Extermination des ennemis.

3330Parodie trinitaire.

3340 Messie reconnue: Parousie.

3350 Tout va aller trés vite.

3360 Notre parousie arrive.

3400 Conclusions.

 

 

 

Qu'est-ce que le " Messie " ?

 Avant que ne se pose la question de l'identité du Messie, il faut savoir ce qu'est un " messie".

 Selon l'hébreu un " messie" est un " oint", c'est à dire une personne qui a reçu sur elle l'onction d'une consécration de Dieu pour une mission déterminée ( avec l'huile " sainte", en général).

Les prêtres d'Israël recevaient l'onction pour exercer leur sacerdoce au Temple de Jérusalem; ils étaient donc des " messies".

En grec le mot " christos" ( devenu " christ" en français ) a exactement le même sens que le mot " messie" décalqué de l'hébreu et de l'araméen. Mais, trés vite, le mot " christ" accolé par un trait d'union au mot " Jésus" est devenu pour les chrétiens une sorte de nom propre ( Jésus-Christ ) faisant un peu oublier la fonction précise du messie d'Israël et même l'identité juive de Jésus de Nazareth.

Au sens fort du terme, le Messie ( avec un M majuscule) d'Israël est le Grand Roi-Sauveur dont les prophètes avaient annoncé la venue. Surtout à partir de l'exil à Babylone, l'espérance de ce Libérateur et Juge était au coeur de l'attente de la rédemption et de l'instauration du Royaume de Dieu. " Celui qui doit venir", " l'oint du Seigneur", est annoncé dès lors non seulement comme le Roi descendant de David mais aussi comme la lumière des nations et le législateur du monde. Il devait naître à Bethléem, en Judée, selon l'alliance avec la dynastie de David.

 Notons bien le caractère politique de ce rôle assigné par Dieu à son Messie " ( psaume 2 )

 Bien sûr dans le cadre " religieux" de la théocratie de YHWH: le Messie n'est pas chargé de se substituer au seigneur Dieu ou de le détrôner !

Qui est le Messie ?

 Le Messie de Dieu est-il venu, selon l'antique prophétie? Et s'il est venu qui est-ce? La réponse à cette question a divisé et divise toujours les croyants qui adorent le Dieu d'Israël comme l'unique Seigneur Universel:

D'un coté, ceux qui affirment: Jésus de Nazareth, crucifié par les Romains, n'est pas le Messie. Il faut en attendre un autre, le vrai?

De l'autre coté, ceux qui affirment: Jésus, le crucifié du Golgotha, est le Messie de Dieu; Dieu lui-même l' a attesté en ressuscitant " le Roi des Juifs" ( dérision inscrite au-dessus de sa croix) pour le faire siéger à sa droite en vue du grand Jour final de l'Histoire humaine.

 Mais croire en Jésus-Messie est une grâce, un cadeau, et non Voici: une découverte de la raison ou un savoir transmissible par des professeurs initiés !

"Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples:

Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l'homme?

Ils répondirent: Les uns disent que tu es Jean-Baptiste; les autres,

Elie; les autres, Jérémie, ou l'un des prophètes.

Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis?Simon Pierre répondit:

Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.

Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Elie, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. Alors il recommanda aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Christ. Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à Jérusalem, qu'il souffrît beaucoup...."

( Matthieu 16. 13 à 21 )

 Quel genre de Messie

Jésus a-t-il voulu devenir? Quel type de Christ a-t-il choisi et accepté pou lui-même? Quelle sorte de libérateur et de roi pour Israël Jésus a-t-il écarté de son projet politique et religieux? Pourquoi a-t-il traité Pierre de " Satan" après lui avoir dit " heureux es-tu..." (Matthieu 16. 21 à 23 )

Pour répondre à ces questions, le plus simple est de relire ( de préférence dans la présentation que fait Luc) la scène de la tentation de Jésus à la suite de son baptême:

" Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l'Esprit dans le désert, où il fut tenté par le diable pendant quarante jours. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, après qu'ils furent écoulés, il eut faim.

Le diable lui dit: Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu'elle devienne du pain. Jésus lui répondit: Il est écrit: L'Homme ne vivra pas de pain seulement.

Le diable, l'ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, et lui dit: Je te donnerai toute ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux .Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. Jésus lui répondit: Il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça sur le haut du temple, et lui dit: Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d'ici en bas; car il est écrit. Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet,Afin qu'ils te gardent; et :Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

Jésus lui répondit: Il est dit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu. Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un moment favorable.(une autre occasion)"

( Luc 4.1 à 13 )

La tentation diabolique, spécialement appropriée au Christ déclaré " Fils de Dieu" lors de son baptême ( Luc 3. 22 ) c'est d'être un Chef mondial "normal", c'est à dire un " Seigneur " détenteur de tous les Pouvoirs moyennant la collaboration et les " arrangements" habituels avec le " diable". Au fond, toujours et partout, c'est sur un pacte avec " Satan" que reposent tous les Pouvoirs politiques et cléricaux, ainsi que toutes les Gloires et Richesses liées aux Pouvoirs !

Or, au seuil de son ministère, Jésus se refuse à une telle collaboration. Jusqu'au bout il fera le choix de ne pas être un Messie puissant, riche, armé, prestigieux, et capable de prouesses économiques époustouflantes. Il sera un messie à l'opposé de ce modèle général et normatif du " Pouvoir". Un Messie qui ne ressemble à aucun Chef ! un Fils de Dieu soumis à sa Parole, un fils dont la seule politique est de mettre en oeuvre la politique de son Père.

" Il leur dit: Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père?

Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait". ( voir Luc 2. 41 - 52 ). Dans toute tentative pour le détourner de ce chemin de Croix Jésus a vu la ruse du Tentateur lui-même. Et cela a commencé avec Pierre:

"Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à Jérusalem, qu'il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le troisième jour. Pierre, l'ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t'arrivera pas. Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m'es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes."
(Matthieu 16. 20 à 23 )

Suite

  

Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  


 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions