CIVISME ET POLITIQUE

QUEL CIVISME PRATIQUER?

PRATIQUER L'IMPOSSIBLE.

 
Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

 à la lumière de Jésus 

et de son évangile



11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter

23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.


Pratiquer l'impossible

8110 Préliminaires. 

8200 : Un chemin impossible.

8300: doit on changer de civisme?

8310: les lignes rouges.

8400 : objections.

8500: engagements.

8600 : pratiquer.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

DÉSENGAGEMENTS ET OBJECTIONS
  

"Il faut mener la guerre la plus dure: la guerre contre soi-même. Il faut arriver à se désarmer...  Quand on n'a plus rien, on n'a plus peur.

Si l'on se désarme, si l'on se dépossède, si l'on s'ouvre au Dieu homme qui fait toutes choses nouvelles, alors Lui efface le mauvais passé et nous rend un temps neuf où tout est possible."

Athénagoras.

OBJECTION A LA RELIGION CIVILE

J'appelle" religion civile" l'idéologie religieuse, avouée ou non avouée, qui forme le sous bassement politique, donc du civisme, en toute collectivité humaine. Cette idéologie a toujours un caractère sacré car elle exprime la sacralisation du groupe social par ceux qui en font partie. L'amour de la Patrie équivaut à un culte de la Patrie qui exige de tous le devoir sacré de défendre la collectivité et de sauvegarder ses intérêts et ses valeurs. Celles--ci sont en général dites " sacrées" et chaque individu se doit de les intégrer dès son enfance. On l'y forcera même, en situation de crise grave ou de conflit armé. Cette religion civile, aux formes les plus diverses à travers l'histoire et sur toute la terre, est ainsi le ciment religieux grâce auquel la collectivité tient debout et s'élève, véritable clone de la Tour de Babel ( Genèse 11 )

Ceux qui, comme moi, sont nés au lendemain de la première guerre mondiale ont subi dès leur enfance, sans s'en douter, une mise en condition et une formation inconsciente à cette religion. Soit dans la famille, soit à l'école, soit à l'église, la même idéologie était enseignée à tous et s'imposait à toutes les consciences. Viol des jeunes consciences! Sournois totalitarisme ! Oui, à coup sûr, car qui aurait osé remettre en question cet " Amour sacré de la Patrie" inséparable du "devoir sacré" de tuer d'éventuels ennemis publics?

Être en République et en régime démocratique ne change rien à ce fait: le caractère religieux du patriotisme et du nationalisme intégrés à toute conscience " citoyenne". A la suite des effroyables tragédies provoquées par ces deux religions civiles que furent le nazisme et le communisme, les chrétiens ont repris de plus belles leurs illusions en ne voyant pas que leur " christianisme ", officiel et reconnu en démocratie, alimentait et fortifiait le " sacré républicain" et se mêlait à lui. J'ai encore ma carte de "patriote résistant".... mais aujourd'hui je dis à mes frères chrétiens: " faisons objection de conscience au culte de la Patrie! Car il y a une radicale contradiction entre la " religion civile" et le civisme de Jésus et de son Règne.

OBJECTION AU POUVOIR POLITIQUE

Je dis au jeune chrétien: " Ne mets pas dans tes projets d'exercer le Pouvoir politique, c'est à dire les fonctions de gouvernement et de domination.  Car ces responsabilités, contrairement à la morale civique de Jésus, impliquent toujours, et par leur nature même, la coercition, la violence, le recours aux armes, la manipulation du peuple et les falsifications de la vérité par raison d'État. Ne sois pas un " politicien"! Ne milite pas dans un parti car un parti politique n'existe que pour posséder ou conquérir le Pouvoir. Ne t'engage pas dans l'Armée car le métier des armes est incompatible avec le Royaume de Dieu. Il y a bien d'autres façon de servir son pays que d'être C.R.S. ou commandant de gendarmerie ! Il y a bien d'autre façons de servir l'Évangile que d'être aumônier militaire, avec un grade et un uniforme!

Si tu es attentif aux réalités que dévoile en toi le Saint Esprit, tu discerneras par exemple le message caché dans les affiches de propagande de l'armée:" Engagez-vous" disent-elles aux jeunes " car vous pourrez apprendre ici un bon métier", se gardant bien de dire: " vous apprendrez d'abord à être des tueurs et des meurtriers" !

 Or quiconque exerce le Pouvoir politique est automatiquement et directement responsable de l'usage éventuel de la force armée, y compris de l'arme nucléaire. Il est moralement disponible pour assumer cette responsabilité. Et celle-ci lui est remise et confiée " démocratiquement" par chaque bulletin de vote lors d'élections législatives ou présidentielles. De telle sorte que chaque citoyen devient ainsi, périodiquement, un tout petit "César" souverain contribuant à la construction du grand "César Souverain" qu'est l'État et le Chef de l'État !

Deux protestations indignées surgissent alors: d'abord celle-ci: " Quand le Pouvoir politique est aux mains de chrétiens sincères la société se porte mieux que lorsqu'il y a , à la tête de l'État des mécréants!" Que répondre sinon pleurer d'une telle naïve hypocrisie? Ensuite la grande objection: " Tu pousses les jeunes chrétiens ( et les moins jeunes aussi! ) à sortir du monde, à s'exclure eux-mêmes du système universel et inévitable, et c.! et c.....! Ils ne peuvent pas faire autrement"

Réponse: Jésus, le chef de l'Église, a fait autrement, et il prescrit aux siens de faire autrement.

OBJECTION AU SERVICE ARME

Lorsque,   au jardin des oliviers, Jésus s'est laissé arrêter pour être jugé et mis à mort, il a objecté énergiquement à tout usage des armes pour le défendre. Or Simon Pierre, l'un des douze apôtres, avait déjà dégainé et frappé un des gardes. C'est alors que le Maître" désarmant ainsi tous les chrétiens" ( paroles de Saint Augustin?) dit à son disciple:"

"Range ton poignard dans l'étui. L'homme au poignard périra par le poignard. Je n'ai qu'un mot à dire à mon Père, l'as-tu oublié? pour que douze cohortes de ses messagers viennent à ma rescousse. Mais alors, comment ce qui est écrit pourrait-il s'accomplir? Or il le faut"

(Matthieu 26. 52 )

En effet voici ce qui venait de se produire, selon le témoignage du 4° évangile Jean 18. 10 ss

" Judas menait la cohorte ainsi que la garde des grands prêtres et des pharisiens, avec armes, torches et lanternes... Alors Simon Pierre, qui portait un glaive, l'a tiré, en a frappé le serviteur du grand prêtre, lui a tranché le bout de l'oreille droite. Ce serviteur s'appelait Mal chus. " Rengaine ce glaive, Pierre," a dit Jésus. La coupe que me donne le Père, ne dois-je pas la boire? La cohorte, son tribun et la garde juive se sont saisis de Jésus et l'ont ligoté."
Voilà l'objection de conscience aux armes que l'Objecteur N° 1, Jésus, a opposé à l'emploi des armes par ses disciples. Comment nier que le Maître attend des chrétiens la même attitude, Nous avons ici la ligne directrice essentielle du civisme du Royaume de Dieu et le " devoir civique" tracé à chaque membre du Corps du Christ; Oui, en ce monde, ici-bas, localement et internationale ment. Pacifisme absolu ! Au nom de Jésus et au nom du Père.

Je connais la ruse habituelle pour fuir cette exigence et éviter ce dur chemin. Elle consiste à dire: " Hommage à ces objecteurs et admiration pour leur courage ! Mais il s'agit là d'une attitude prophétique, exceptionnelle, singulière et individuelle dans l'Église. Ce n'est pas pour nous!"

Mais alors? Dans quel camp est-on quand on proclame que le prophète est véridique et qu'on se garde soigneusement de faire ce qu'il dit ?

OBJECTION ET ENRICHISSEMENT

" Vous ne pouvez pas servir en même temps Dieu et Mamôn" nous dit Jésus ( Luc 16.13)." Mamôn" est le mot employé par Jésus pour personnifier l'Argent comme une puissance qui s'asservit le monde entier. La richesse est une divinité qui règne sur le monde entier et lui impose sa loi d'airain et sa logique implacable. Ce règne de " l'aristocratie " financière, économique est de plus en plus anonyme, est totalement lié à l'État et aux Pouvoirs de gouvernement des nations. On doit même dire en ce temps de mondialisation accélérée, que le Pouvoir de l'Argent supplante le Pouvoir de son complice, l'État ( ou les coalitions d'États). " Mamôn" est encore plus fort que " César" ! La société de consommation ( et d'opulence ! ) riche de toutes les ressources de sa technique veut conquérir la planète entière. Peu lui importe si elle est de ce fait, la plus diabolique machine à fabriquer des pauvres que le monde ait jamais connu ! Et les chrétiens ne sont pas les derniers à faire bien fonctionner et à activer cette machine. Et ils ont, pour justifier ce civisme-là, plusieurs théologies bien huilée à leur disposition !

Alors, si un chrétien désireux de pratiquer le civisme de son Maître veut se libérer de cette idolâtrie du "Dieu production-consommation", que doit-il faire? S'il veut s'affranchir du joug de ce Mamôn et s'émanciper de " ce capitalisme triomphant dans sa volonté de management des humains" ( Claude David, psychanalyste " texte de la fondation et de la sublimation" Toulouse 2005 page 5 ) Que peut-il faire? Quelle sera son objection de conscience face à cet effroyable totalitarisme universel?

D'abord qu'il cesse de rêver et de partager l'illusion politique commune qui juge possible de changer ce monde et de créer un Homme nouveau! Ensuite et surtout: qu'il se change lui-même en réformant de fond en comble son rapport personnel à l'Argent. Loin de se payer de mots à l'aide des slogans chrétiens habituels ( genre: "il en faut bien pour vivre !") , qu'il cesse d'aimer l'Argent, les Avoirs, les Profits, la Fortune ! Qu'il entre dans la voie de l'appauvrissement volontaire pour mettre ce qu'il a au service des indigents, des exclus, des faibles de toute sorte ! Qu'il se désengage méthodiquement ( au niveau de son compte en banque ou de ses actions) pour tendre joyeusement vers la pauvreté de Jésus !

OBJECTION A LA TECHNOCRATIE

Le mot " cratie" ( voir:" démocratie", " aristocratie", " théocratie" ) a pour origine le verbe grec qui voulait dire : " être fort, dominer, s'emparer de, être maître de, tenir quelqu'un et ne pas le lâcher". Qu'est-ce donc que la technocratie?

Oh! Ce n'est pas du tout le pouvoir redoutable de quelques " technocrates" mal intentionnés et durs de coeur qui régenterait une société innocente et opprimée! C'est bien plus grave que cela. C'est tout le " le système technicien" ( voir Jacques Ellul , Cherche Midi page 210) en voie de rapide mondialisation qui est, d'ores et déjà, le nouveau milieu de vie que tous les humains se donnent et auquel personne ne saurait échapper. Mais ce système idéologique et pratique à la fois , est la super-puissance dictatoriale et totalitaire qui s'empare de moi, fait main basse sur tous les secteurs de ma vie, me tient et ne me lâche plus.... avec mon joyeux consentement et ma foi ardente au Progrès et à la Croissance.

A portée de ma main, chez moi, voici ma télé, mon transistor, mon lecteur de cassettes, mes disques,et mes C.D., mon téléphone , mon interphone, et c Je les possède? Non, ce sont eux qui me possèdent ! Je les ai? Non, ce sont eux qui " m'ont" et j'ai plaisir à me laisser " avoir" par eux. Ils cherchent à s'emparer de moi, comme une drogue s'empare du drogué et exerce sur lui son pouvoir souverain, sa dictature. Et puis, il me faudra le meilleur ordinateur, et le portable dernier cri, et l'appareil photo le plus sophistiqué.... et ( suprême déesse !) la bagnole la plus performante...

" La Technique", pour Ellul " est le facteur déterminant de la société. Plus que le politique et l'économie... Elle s'auto-accroit en suivant sa propre logique. Elle piétine la démocratie. Elle épuise les ressources naturelles. Elle uniformise les civilisations. Elle a des effets imprévisibles. elle rend l'avenir impensable.... L'informatique, en unifiant tous les sous-systèmes, lui a permis de devenir un Tout organisé, lequel vit à l'intérieur de la société, la modèle, l'utilise, la transforme. Mais ce système, qui s'auto-engendre, est aveugle. Il ne sait pas où il va. Et il ne corrige pas ses propres erreurs"...." Plus que le fascisme, la dictature technicienne, abstraite et bienfaitrice, sera beaucoup plus totalitaire que les précédentes". Je me permets d'ajouter: pour la Bible, c'est "Babel" ( Genèse 11 ) et c'est 666, le chiffre de la Bête( Apocalypse 13. 11 à 18 )

Que faire donc, si on veut être fidèle au Christ Jésus, pour se dégager de cette emprise et de cette aliénation? Quel désengagement, quelle objection de conscience du disciple de Jésus peut-il pratiquement opposer à cette Puissance, dont le Pouvoir des média est aussi une composante essentielle? Que faire, alors que globalement, mondialement, il n'y a plus rien à faire?

Pour être excessivement bref, en raison du but de simple vulgarisation de ce texte, j'esquisserai une double réponse: la première sera l'aveu de la totale impuissance du chrétien à s'évader de ce train à vitesse accélérée et rempli de fous avec une motrice sans conducteurs. La deuxième l'affirmation catégorique de la " liberté glorieuse", donnée par le Saint Esprit à chaque chrétien, pour agir autrement que les autres. Et cela, au cas par cas, selon les circonstances et les situations, en improvisations permanentes toujours précaires et imparfaites. Mais selon le double principe de l'éthique apostolique: " Tout est permis mais je ne me laisserai asservir par rien.... Tout est permis mais tout n'édifie pas "( ne construit pas selon l'amour fraternel) ( 1 Corinthiens 6. 12 et 10. 23 )

" Je ne te prie pas de les ôter du monde", demandait Jésus au Père en pensant à ses disciples. Nous sommes dans le train de ce monde et c'est là que Dieu nous met et nous veut. Il nous faut aller à l'école, avoir du travail pour vivre et nourrir notre famille; être logé, soigné, habillé; connaître l'amour, l'union conjugale, le célibat ou le veuvage; rire ou pleurer; être bien portant ou malade, jeune ou vieux; et c...Or partout et toujours nous sommes dans la proximité et la solidarité avec des gens et des façons de vivre qui nous induisent en tentation parce que l'Évangile et sa morale leur sont étrangers. Or, en même temps, nous voyons que Dieu non seulement supporte ces gens mais qu'il nous fait vivre grâce à eux ! Soyons donc patients et miséricordieux comme lui.

Mais, en même temps, rien ne nous oblige à être malhonnête ou voleur, corrompu ou menteur, violent ou dépravé, adultère ou avare, égoïste ou méchant ! Au contraire, la " glorieuse liberté des fils de Dieu", l'assistance de l'Esprit de sainteté et l'éclairage de la conscience par la Parole du Maître vont nous rendre libres et purs par rapport à toute forme de mal, en chaque problème ou cas de conscience apparemment insolubles. mais de toute façon, le Pardon permanent du Père sera nécessaire!

OBJECTION A L INSUBORDINATION

Peut-être va-t-on s'étonner de ce dernier paragraphe ? Après toutes ces pages qui invitent les chrétiens au désengagement, au refus, à la résistance et à ce que j'aime nommer un " anarchisme théocratique", le lecteur risque de ne pas comprendre ce qui suit. C'est en effet, un appel ( " au nom du Père" ) à fuir l'insubordination, la rébellion, la désobéissance systématique, la révolte violent et à plus forte raison, l'insurrection armée contre les Pouvoirs en place. Et cela au nom de l'autorité de Jésus et de ses apôtres ( et nullement au nom d'une philosophie politique réformiste qui se fonderait sur l'expérience historique que toute révolution violente engendre nécessairement la Terreur.) Non, il s'agit ici d'une objection " par motif de conscience" c'est à dire à cause de la foi, informée du dessein et de la volonté de Dieu. Ne pouvant pas reprendre là toutes les démonstrations bibliques développées dans les textes précédents, je résume brièvement ici l'instruction donnée aux chrétiens de Rome par l'apôtre Paul.

A la fin du chapitre 12 de la lettre aux Romains, Paul a repris à son compte l'enseignement de Jésus sur l'amour des ennemis et la non-violence qu'il implique ( 12. 14 à 21 ). En quelques mots, il a évoqué la loi de Moïse ( Deutéronome 32 à 35 : c'est au Seigneur Dieu qu'appartient la fonction de "colère" , c'est à dire de répression et de punition justicière et rétributive du péché. Lui seul a le droit d'employer "le glaive justicier" qui fait mourir. Et s'il délègue ce droit, cette autorité au magistrat établi chez tous les peuples( et en Israël jusqu'à Jésus!) il dit par contre au chrétien : " si ton ennemi à faim, donne lui à manger..." ( Romain 12. 20- 21 ) C'est exactement le Sermon sur la montagne ( Matthieu 5 ! )

L'apôtre va-t-il dire le contraire dans les 7 versets suivants ? Bien sur que non! Paul sait ce qu'il dit !

Ces sept versets n'invitent nullement les chrétiens de Rome ( quelques groupuscules de marginaux en l'année 57 ) à postuler pour exercer la charge de policiers ou de juges détenteurs du glaive de justice. Ce texte a encore moins pour but de justifier un bon usage chrétien d'armes répressives et meurtrières ! L'apostasie théologique de la " Chrétienté" constantinienne est encore bien loin !

Non, ce passage veut rappeler à la jeune église de Rome ce qu'est l'amour selon Christ en ce qui concerne ses rapports avec les Chefs ( et les percepteurs! ) qui exercent le pouvoir dans l'Empire selon le droit romain. Or, quelle est la façon d'aimer ces hommes là qui, on le sait, n'étaient pas particulièrement tendres et respectueux des droits de l'homme? La réponse à cette question tient en un mot grec :" upotassesto",traduit par " soyez soumis". Mot extrêmement difficile à rendre en français et merveilleusement utilisable pour tous les contre sens, malentendus et déviations ( voir aussi la soumission de la femme dans les Ephesiens 5 21 à 33 )!

Que veut dire l'apôtre à ses frères en Christ ? Il veut leur dire ceci: Ces "Pouvoirs" porteurs d'armes punitives sont, sans le savoir, dans le plan divin et selon l'ordre voulu par Dieu pour toutes les nations, jusqu'à leur destruction par le souffle de l'Avènement du Royaume. Le chrétien doit donc respecter les lois qu'ils édictent et ne pas faire partie de ceux qui, à la place de Dieu, veulent prendre l'épée pour se révolter, se rebeller, faire justice eux-mêmes, désobéir aux lois, renverser l'ordre social, tuer le tyran, libérer les pauvres et les esclaves, en somme oublier la Parole: " C'est Moi qui ai le pouvoir et le monopole de l'épée de la colère " (12. 19 )

Cette "sub-ordination" est le civisme du chrétien en même temps que les objections. Les deux exigences vont ensemble.

D'une part il y a le devoir d'objection, pour dire un " non" très ferme non pas à tel système politique seulement mais au fond à tout le " système" de ce monde, de ce " siècle présent" qui a commencé par l'intrusion du péché et qui ne disparaîtra qu'au grand et ultime " Jour de Dieu".

D'autre part il y a devoir de sub-ordination ( impliquant soit de l'obéissance soit de la désobéissance civique) selon le modèle vivant donné par Jésus lui-même. Lui, " renonçant à ses droits et à son rang, s'est abaissé et s'est fait obéissant, jusqu'à mourir en croix....".Pour laver les pieds de ses disciples, il a fallu qu'il se mette en dessous d'eux: " Sub", en latin, veut dire " sous". Et Paul prie les chrétiens de " considérer les autres comme étant au-dessus de vous". Tel est l'ordre, le dispositif, la hiérarchie morale qui caractérise le Royaume du Christ. C'est ce que veut exprimer le mot de " sub-ordination": puisque le magistrat romain est " au-dessus" de toi, de par son " autorité", accepte humblement toi-même de te situer " sous" cette cette autorité " païenne". D'ailleurs, tous les chrétiens ne doivent-ils pas être "soumis", " subordonnés" les uns aux autres, dans la crainte du Christ? ( Ephesiens 5.2 )

L'éthique ( la morale ) sociale dans la société des enfants du Royaume (l'église ) n'est pas la même que celle des sociétés humaines:

Brève instruction civique n° 6:

Ceux qu'on regarde comme les Chefs des populations humaines les tiennent sous leur Pouvoir et les Grands leur imposent leur DominationIl n'en est pas ainsi parmi vous. Au contraire, si l'un de vous veut être grand ou le premier, qu'il soit votre serviteur, l'esclave de tous. Car le Fils de l'Homme...

( Marc 10. 42 à 45 )

N.B. Un prochain texte, si le Maître le veut, pourrait examiner où en est l'Église à cet égard et voir si elle peut changer, se changer.

"Libre à l'égard de tous, je me suis fait serviteur de tous" ( l'apôtre Paul)

Brève instruction civique n° 6:

" Tout m'est permis",mais tout ne me convient pas? " Tout m'est permis" mais je ne me laisserai asservir par rien.... Quelqu'un a payé le prix de votre rachat pour vous affranchir. Glorifiez donc Dieu par votre corps."

"Tout m'est permis", mais tout ne nous convient pas; " Tout est permis" mais tout n'édifie pas, ne construit pas. ( la communion fraternelle et l'unité)

(1 Corinthiens 6. 12 et 10.23 )

Tu ne peux pas échapper à la société technicienne ni à son système technicien: c'est l'Avènement du Messie Sauveur qui les détruira.

En ce qui te concerne, puisque tu fais allégeance à Jésus, fait donc objection de conscience à l'idéologie de ce système mondial actuel qui " mène droit au mur" le train insensé de ce monde... et toi avec, d'ailleurs.

Pratiquement: s'il te faut avoir un ordinateur, au travail ou à la maison, aie donc un ordinateur ! Mais n'en fait pas ton maître et ne sois pas son esclave. " Je ne me laisserai asservir par rien" dit l'apôtre Paul. Or internet est rusé, malin, assoiffé de pouvoir et, pour lui, tous les moyens sont bons: il est déjà bien avancé dans la domination du monde. Te faut-il une auto pour être embauché dans tel travail professionnel? Si tu n'es pas trop pauvre, achète la plus humble et la moins coûteuse des bagnoles. La télé ? Tu en connais bien les dangers, surtout quand à l'usage excessif qu'on peut en faire. Alors puisque " tout n'édifie pas" ( Paul) protège avec fermeté tes enfants.... et ta vie conjugale! Maîtrise dans ta vie la société technicienne.

PERPLEXITÉ ET CERTITUDES

Je comprends les perplexités du lecteur à la lecture des recommandations pratiques que ce texte veut mettre noir sur blanc. A vrai dire, je les partage aussi. et cela d'autant plus qu'après des textes plus "théologiques" j'arrive maintenant à des conseils " pastoraux" concrets qui me font un peu peur, notamment par les conséquences pénibles que de tels conseils risquent d'avoir... si certains les suivent. Inciter à des désengagements et des refus des jeunes ou des êtres psychologiquement fragile ou même des chrétiens qui ne seront pas spirituellement préparé, tout cela me freine. Je crains aussi que la conduite morale que je préconise ne se trouve mal comprise et pervertie en démission, irresponsabilité, " apolitisme" ou bien esprit de jugement et de condamnation à l'endroit des chrétiens qui n'ont pas su ( ou pu ) et qui ne savent pas ( ne peuvent pas ) entrer encore dans la voie des objections. J'avoue aussi que perplexité et doutes se glissent parfois dans ma tête sous la pression immense des théologiens négateurs de la Parousie promise et du Royaume proche temporellement: " est-ce que je ne me trompe pas, en cette réflexion de l'Espérance?"

Mais je remercie Dieu de ce que, au fur et à mesure que le temps passe, il me donne des certitudes renouvelées au sujet de l'Espérance, de l'Avenir et de l'Évangile du salut. Grâce à sa Parole inspirée confiée aux premiers témoins et aujourd'hui méditée et étudiée " en église".

Christ est notre Espérance.

Christ seul est notre Espérance.

Et le " retour" du Christ va être la pleine réalisation de notre Espérance. Et déjà, par la foi, nous appartenons à son Royaume.

Or c'est par rapport à la gloire indicible de ce Royaume que nous pesons et jugeons le caractère relatif et éphémère du siècle présent. C'est en fonction de tout ce qui est d'avance révélé de cette " Cité de Dieu"  que nous regardons les cités humaines provisoires et souffrantes. Et cette confrontation nous montre sans cesse, et de plus en plus nettement, " qu'il n'y a aucune comparaison possible, aucune commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir... ( Romains 8. 18 à 25 ) . Alléluia! A Dieu seul la gloire !

O Père, que Ton règne vienne !

suite :    8500-engagements.htm

Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  

s

 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions