CIVISME ET POLITIQUE

QUEL CIVISME PRATIQUER?

PRATIQUER L'IMPOSSIBLE.

  
 
Civisme et politique 

vus du point de vue biblique

 à la lumière de Jésus 

et de son évangile



11 accélération de l'histoire

13 Voici l'homme

15-devoir de désobeissance

16 Jesus notre seul avenir

17-BABEL orgueil des hommes

18-92ans evolution

19 Dieu-la religion-l'Eglise

20-vive l'Apocalypse-accueil.

21-accueil-l'imminence de la fin

22-conduite-a-adopter


23accueil-harmaguedon.

24000-accueil-jerusalem.


Pratiquer l'impossible

8110 Préliminaires. 

8200 : Un chemin impossible.

8300: doit on changer de civisme?

8310: les lignes rouges.

8400 : objections.

8500: engagements.

8600 : pratiquer.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

ENGAGEMENTS ET SERVICE

"Il y a des fautes qui sont inexcusables, déjà du fait qu'elles n'ont que trop duré. Il y a des idées erronées qu'on ne peut justifier en disant qu'elles ont joué un rôle positif dans les conditions de jadis. Celui qui veut attaquer la rouille se doit d'utiliser des produits corrosifs: il y a assez longtemps que nous nous sommes contentés de passer du vernis."

( Eugène Drewermann : " les fonctionnaires de Dieu" page 556-557 )

Brève instruction civique n° 8:

" Survint une troupe. Celui qu'on appelait Judas, un des douze, marchait à leur tête. Il s'approcha de Jésus pour lui donner un baiser. Jésus lui dit: " Judas, c'est par un baiser que tu livres le Fils de l'Homme! "

Voyant ce qui allait se passer, ceux qui entouraient Jésus lui dirent: " Seigneur, frapperons-nous de l'épée ? " Et l'un d'eux frappa le serviteur du grand prêtre et lui emporta l'oreille droite: " Laissez faire ! Restez en là! " dit-il. Et, lui touchant l'oreille, il le guérit."

( Luc 22.47 à 51 )

Jésus guérit l'un de ceux qui sont venus l'arrêter: voilà le modèle de l'engagement civique, non-violent et inspiré par l'amour des ennemis.

Nous aurions pensé de ce policier: " il ne l'a pas volé!". Mais Jésus rend le bien pour le mal et le guérit.

Jésus répare le mal que font les siens, son Église. Il agit ainsi aujourd'hui comme alors. Et il agira ainsi au grand Jour de son Avènement dans la gloire du Père.

"Arrêtez !" nous crie-t-il. Cessez d'agir ainsi ! Repentez-vous!" Et nous même quand nous le prions pour lui demander son avis, nous n'attendons pas sa réponse. Nous voulons en faire à notre tête, comme les autres hommes, pour qui ne va pas défendre par les armes une juste cause serait une lâcheté. Mais Jésus a-t-il été lâche? Sa croix est le suprême engagement civique. Le vrai courage !

ENGAGEMENT ET SERVICE

Pratiquer les divers désengagements civiques liés à l'appartenance au Messie Jésus n'est certes pas facile. Être un simple " pratiquant " occasionnel d'une Église ou du nouvel An juif pose moins de problèmes ! Mais il faut insister fortement sur la nécessité et le devoir civique, pour un disciple de Jésus, de s'engager à fond dans le service d'autrui, dans la cité humaine actuelle.

Encore une fois précisons qu'il s'agit ici d'engagement dans le politique ( au sens large du terme) et nullement d'engagement dans la politique ( au sens restreint de fonctions gouvernementales, de Pouvoirs d'État, d'Armée et c....)

L'engagement civique du chrétien, c'est le service du prochain, par amour et selon le grand commandement: " Tu aimeras ton prochain comme toi-même". Mais ce mot "service" doit être compris au sens que le Maître lui donne en disant: " Le Fils de l'Homme n'est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie." Présence au monde, mais présence d'un amour conforme à celui de Jésus, un amour qui se donne sans compter: Voilà la pratique des " fils du Royaume".

Si , en ce monde, la morale du Règne de Dieu ne comportait que des objections, des abstentions, des refus, des prises de distance par rapport au péché des hommes, c'est avec raison et a juste titre qu'on reprocherait au chrétien d'être des égoïstes et des peureux qui fuient les responsabilités et s'évadent au ciel ou dans les nuages... Tout en profitant pas mal des biens de ce monde.

Mais en réalité le civisme chrétien normal est plus engagement que désengagement, plus service qu'objection. Ou, pour être plus exact, l'un et l'autre sont comme les deux faces d'une même monnaie: l'une ne va pas sans l'autre. La pratique de l'authentique civisme selon le Christ est inspirée par l'amour: non pas cet amour qui convoite et s'approprie ( " éros" en langue grecque) mais cet amour qui se donne et fait vivre et grandir l'autre ( " agapé" ). Or c'est cette " Agapé", cet Amour avec majuscule, qui conduit à la fois aux désengagements et aux engagements: aux deux inséparablement.

Voici donc quelques conseils lapidaires de sagesse pratique, en quelques domaines.

APPRENDRE A ÊTRE SERVIABLE;
Le civisme de base s'apprend à la maison, dans la famille. Prenez donc garde, parents, à ne pas enseigner l'égoïsme à vos enfants et à ne pas vous conduire sous leurs yeux en enfants gâtés !

Il est naturel que le bébé pense " et moi , et moi! et moi!..." Mais lorsque cela dure trop longtemps et que l'enfant grandissant n'apprend pas à rendre service, à être serviable, à maîtriser ses tendances narcissiques, ne serait-ce que parce que ses parents ne lui enseignent pas cette morale du " toujours prêt à servir?

Desservir la table, par exemple et de façon spontanée et sans " faire la tête" pour rait-être un bon apprentissage !

Quand à l'école et les professeurs d'école et de collège, ne sont-ils pas appelés à être des formateurs à l'esprit civique, je veux dire à la serviabilité, à la solidarité? Plus que jamais ils ont vocation d'être des éducateurs et pas seulement des instructeurs.

AVOIR DES ENFANTS,

Je comprends ces jeunes couples qui sont aujourd'hui nombreux à dire: "Oh nous, nous ne voulons pas d'enfants !". Ces jeunes sont lucides quand à l'absence d'avenir qui caractérise cette génération; ils voient notamment combien sont bouchées les voies vers un bon avenir professionnel; ils sont sensibles à l'angoisse grandissante dans la société, à cause des difficultés de la vie; le pessimisme, et même le nihilisme, les gagne... Alors "pourquoi dans ces conditions, mettre au monde des enfants qui seront malheureux?"

S'ils sont chrétiens je leur dirai: ayez des enfants ! si du moins votre couple se veut solide, fidèle et durable selon la volonté de votre Père Celui-ci veut la vie, et non le néant et la mort. Il subvient au besoins de ses enfants et procréer est un acte de confiance en Lui. Et ces petites créatures sont si belles, si merveilleusement belles ! Et c'est merveilleux de coopérer avec le Créateur pour les mettre au monde. Et, de plus, faites-le en vue du Royaume qui vient, ce monde nouveau de la Résurrection et de la Vie: Le Seigneur veut que, comme vous, vos enfants y soient, pour y connaître le perpétuel bonheur. Faites donc quelques " citoyens" du Royaume !

ENGAGEMENT CONJUGAL

Vous allez me dire: " Mais cet engagement amoureux n'a rien à voir avec le civisme!" Mais si! Au contraire: le couple d'un amoureux et d'une amoureuse, c'est à dire l'union conjugale, est la cellule sociale primordiale. Grâce au couple l'être humain n'est plus seul, n'est plus solitaire; il devient une personne solidaire qui a vocation de civisme.

Pensant au jeune chrétien ( je veux dire: un jeune homme ou une jeune fille qui vit " dans le Seigneur" et cherche à lui plaire), je dis:

Ne suis pas l'exemple des autres.

Ne fréquente pas les discothèques.

Ne touche pas à la drogue.

Tiens-toi éloigné de toute ivresse, de toute frénésie collective, de tout dépassement des limites ( les deux lignes rouges!), de toute participation au culte de Dyonisos, ce vieux dieu grec organisateur de toutes les ivresses, de toutes les bacchanales et de toutes les folies suicidaires.

Dyonisios.

C'était le Dieu grec de la Vigne et du Vin, auquel le panthéon latin assimila Bacchus. En son honneur on fêtait les bacchanales.

Les " Bacchanales"

" A Rome, prés du port fluvial, se rassemblent les " bacchants", hommes et femmes, pour s'enivrer, danser, délirer, sous le crépitement des tambourins et des cymbales. Poussant des cris frénétiques ils " prophétisent" en balançant leur corps. Les matrones, cheveux au vent dévalent la pente jusqu'au Tibre....Hurlements qui, la nuit, résonnent par toute la ville...Initiations, avec le bruit qui couvre les cris de ceux qu'on violente"

( " Rome et ses dieux" par Robert Turcan)

Le retour de Dyonisos

" Dyonisos est la personnification des extases que l'homme veut se donner de lui-même" pour se dépasser, se sauver".

( " Le retour de Dyonisos". Jean Brun, page 246 )

Et pour ne pas tourner le dos au véritable amour conjugal, fais l'inverse de la morale sexuelle actuelle: jeune chrétienne, jeune chrétien, prends pour principe moral de n'envisager la pleine et vraie union conjugale ( fidèle et exclusive ) qu'avec un conjoint qui est " dans le Seigneur" .  Afin " que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni". ( Matthieu 19.6 )

"Pourvu que ce soit dans le Seigneur"

précise l'apôtre Paul à propos d'un remariage possible de veuves chrétiennes( 1 Corinthiens 7.39 littéralement " dans le Seigneur seulement") . Le même principe de choix, libre et motivé, ne s'appliquerait-il pas aux jeunes chrétiens. ( au sens biblique du mot " chrétien "! ), dès leur maturité sexuelle et avant d'irréversibles expériences? Impossible à pratiquer cette morale-là? Pas du tout ! Je connais des jeunes chrétiens qui pratiquent cette "discipline de l'amour"...non pas sans mal bien sûr. Je les proclame plus "modernes" que les autres jeunes... et même que certains de leurs guides spirituels, qui vont se moquer de moi. Et, à mon sens, ces jeunes-là ont un bien meilleur rôle social et civique que tous les autres.

TRAVAIL? MÉTIER? PROFESSION.....

Le service civique, utile pour le bien de la cité, se fait pour chacun au niveau d'une activité professionnelle qui est aussi, en même temps , un gagne pain.

On est dans une action civique permanente quand on est boulanger, maçon, peintre en bâtiments, pêcheur, cheminots, serveuse de restaurant, aide-ménagère, chirurgien, professeur, artiste.....

Si un chrétien de seize ans cherche sa voie pour son avenir professionnel et s'il me demande conseil pour son orientation, en désirant une activité réalisable au nom de Jésus et pour la gloire de Dieu, que vais-je lui dire?

Je vais lui répondre d'abord ceci: D'abord, choisis et prépare un métier qui soit un service direct de ton prochain, c'est à dire qui, loin de lui nuire, lui fait du bien d'une façon ou d'une autre. Ensuite, que le choix de ton avenir professionnel ne soit pas inspiré par l'amour de l'argent et la volonté de puissance. Qu'il ne soit pas déterminé par le désir si répandu de la " réussite", de la gloriole minable d'être " en-haut" de " l'échelle sociale", " haut placé", reconnu, loué et décoré. Évite, au contraire, d'avoir un pouvoir de domination sur les autres et de prendre place dans le club des grands décideurs ( financiers, économiques, politiques.et c...Plus tu serais " en haut" et moins tu pourrais échapper à la corruption, à la malhonnêteté, au mensonge et à l'injustice faite aux pauvres et aux " petits". Enfin, va le plus loin dans l'acquisition de la culture et dans le sens de tes goûts, tes aptitudes, tes talents.... afin de servir bien.

HORREUR ÉCONOMIQUE.

Tel était le titre, combien éloquent, d'un livre récent, décrivant l'état et l'avenir du monde.

En effet, la mondialisation accélérée du système capitaliste et de la société technicienne fait croître la précarité, le chômage, l'écart du niveau de vie entre les riches et les pauvres, c'est à dire l'horreur et le désespoir.

Aussi, après la lecture du paragraphe précédent, aura-t-on raison de rétorquer: " c'est bien beau d'enseigner à choisir en bon chrétien un emploi ! Mais s'il n'y a pas d'emploi? Et s'il y a de plus en plus de métiers qu'on ne peut pas faire honnêtement, c'est à dire sans mentir, sans tricher, sans participer à la corruption ou sans coopérer à la violence d'un univers impitoyable? Pour nourrir sa famille, il faut bien fermer les yeux sur les injustices et les " magouilles" de tant de patrons, petits et grands.... même si on n'est que " technicienne de surface" ( =femme de ménage ! ) !! On voit bien que ton texte est écrit par un privilégié, un " clerc" bien considéré et à l'abri du besoin! et c..."

Que répondre à cela?

Rien ! Sinon que je dois demander pardon aux pauvres de rester moi-même si riche, et incapable de suivre mon Maître de près.

BÉNÉVOLAT, C'est à dire accomplissement d'un travail gratuitement pour autrui, " L'amour du Christ nous presse". Et puisque le Christ tarde, encore un peu à venir, engageons-nous de plus belle, par amour, dans le service des autres. Par exemple par bénévolat.

Celui-ci, certes, ne va pas changer le monde ! Mais il va changer le sort de telle personne en détresse ou dans le besoin. Le bon samaritain (de Luc 10. 25 et suivants) n'a pas réglé le conflit entre Juifs et samaritains. Mais il a, en prenant en charge ce malheureux blessé, délaissé par le prêtre et le lévite, répondu efficacement à son terrible besoin de soins physiques et d'amour fraternel. Il a agi bénévolement sans y être obligé, en prenant tout sur lui, y compris tous les frais, avec une extrême délicatesse. Il est devenu l'authentique prochain de ce " lointain" qui lui était inconnu et que Dieu, à l'improviste lui a mis sous les yeux. " Allez et faites la même chose" dit Jésus aux siens.

Que ce soit localement ou par delà toutes les distances et frontières du monde, mille sollicitations d'aide nous parviennent. Une quantité inouïe de cruels besoins nous atteignent. Sans arrêt Dieu, par là , fait signe et appel à notre amour. Engageons-nous dans un service bénévole, d'abord et avant tout chez nous, dans notre cité. Un service durable et sérieux dans telle association, tel mouvement, tel groupe de service, pour contribuer à secourir, aider, éduquer, loger, accompagner et c ...;Je n'en citerai aucun, laissant à chaque chrétien le soin de prier Dieu de lui montrer et lui faire Voir le service qu'il lui offre. ( Voir Luc 16. 19 à 31: le riche ne voyait pas Lazare à sa porte).

Ajoutons une remarque importante: si notre engagement d'amour au service est totalement gratuit et uniquement porté par l'amour " selon le Christ", alors n'aidons pas notre prochain en faisant du prosélytisme et en profitant de l'occasion pour "l'évangéliser" à notre façon ! Servons purement et simplement, de façon toute " laïque". Et du même coup, apprenons à coopérer humblement avec les non-chrétiens qui, le plus souvent nous devancent et nous dépassent dans le zèle désintéressé pour le service et la protestation contre les injustices.

Mais, d'autre part, si nous ne sommes pas engagés dans une vie quotidienne de prière, ne disons pas que nous servons Christ en faisant un peu de " charité" !!

PRIÈRE ET PROTESTATION

Les apôtres recommandent de prier pour les autorités qui exercent le Pouvoir.  Mais bien des gens comprennent que cette prière est une approbation de ces Pouvoirs, voire une collaboration avec leur politique. Dangereuse confusion ! Car souvent la prière civique du chrétien doit recourir à Dieu contre ces Pouvoirs.

En ce mois d'octobre 2005, aux États-Unis, un noir prénommé Shannon , depuis des années condamné à mort, attend dans sa prison d'être exécuté, froidement assassiné, par injection d'une dose mortelle de poison. Il sait la date de sa mise à mort, à la mi-novembre ( le 16 exactement).

Les chrétiens de l'A.C.A.T. ( "Action des chrétiens contre la torture") prient assidûment pour cet homme ( en correspondance épistolaire avec l'un des nôtres depuis des années). Pour ma part, ma prière civique à ce sujet est double: 1: Que "le Seigneur des Seigneurs, Maître des rois" , force les dirigeants actuels des U.S.A. à ne pas assassiner Shannon et à abolir la peine de mort dans cette nation qui se dit "chrétienne". 2: Que ce malheureux, quel que soit son sort final, soit rempli du Saint Esprit et merveilleusement visité dans sa cellule par ce Vivant jadis mis à mort, Jésus.

Et voici maintenant un modèle de protestation non-violente et efficace, que les "protestants" d'aujourd'hui peuvent méditer. Le récit se trouve dans la partie de langue grecque du Livre biblique de Daniel ( Deutéro-canonique). C'est l'histoire de Suzanne, l'épouse fidèle et calomniée et condamnée à mort à mort par deux anciens qui ont voulu abuser d'elle. Mais Dieu n'abandonne pas les innocents qui crient vers Lui .

"Tandis qu'on emmenait Suzanne pour la mettre à mort, Dieu suscita l'esprit saint d'un jeune garçon nommé Daniel. Il cria de toutes ses forces: " Je suis innocent du sang de celle-ci !". Tout le peuple se tourna vers lui, et ils lui dirent:" Qu'est-ce que cette parole que tu as dite ?". Mais lui, debout au milieu d'eux, dit: " Êtes-vous fous à ce point, fils d'Israël ? Sans avoir fait d'enquête ni savoir ce qui est sûr, vous avez condamné une fille d'Israël ! Retournez au tribunal, car ceux-ci ont porté un faux témoignage contre elle". Tout le peuple s'en retourna en hâte...."

( Daniel 13. 45 à 49)

Alors Daniel, chargé de reprendre l'enquête, confond de mensonge et de fourberie les deux anciens et leur annonce leur châtiment:

" Toute l'assemblée d'Israël cria d'une voix forte, et ils bénirent Dieu qui sauve ceux qui espèrent en Lui. Puis ils se tournèrent contre les deux anciens car Daniel, de leur propre bouche, les avait convaincus d'être de faux témoins

(Daniel 13. 59 )

Daniel, un tout jeune homme ! mais un jeune qui a " faim et soif de justice". Daniel, tout seul, à contre-courant de la foule des moutons de Panurge ! Daniel, si courageux au service de la vérité: il ose dire " non", dire " j'accuse", et affronter des notables qui dirigent la cité ! Daniel image prophétique de Jésus.

Ce récit est-il un roman d'édification et de formation à la vraie sagesse civique ? Peut-être est-ce vrai pour ce " Daniel" cité en exemple?

Mais en ce qui concerne Jésus de Nazareth, ce ne fut pas du roman édifiant ! Tout a été, est et sera vrai: sa protestation sans concessions, sa mise à mort, sa résurrection, son accession " à la droite du Père", son retour..... et, dès maintenant, son civisme à imiter par tous

suite :   8600-pratquer-limpossible.htm

Georges SIGUIER  1920--2016
 (Pasteur, Église réformée de France)  


 

 AUTRES SITES

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde
Religions